Défi green blog, adopter les bons écogestes

En 2017 on adopte des petits gestes simples et écologistes pour préserver notre planète. C’est l’idée qu’à eu Marie du blog Maman Youpie en lançant le défi green blog.

defi_green_blog

Le principe: se lancer des défis au quotidiens pour réduire nos déchets, faire des économies, prendre soin de notre planète, tout ça en en parlant sur les réseaux sociaux pour impacter le plus de monde.

J’ai déjà adopté quelques écogestes mais le chemin est encore long et sera très certainement semés d’embûches avec un pas en avant un autre en arrière. Le tout est de faire selon ses besoins, ses envies, être motivé également.

Dans ce premier article Défi green je te parle des gestes que j’ai déjà adopté et des objectifs que j’aimerai réaliser à +/- court terme.

Ecogestes déjà adopté

Hygiène:

  • J’ai donné tout mes produits d’hygiènes et je suis passé au shampooing solide et au savon pour le corps, idem pour Bouddha.

15935911_677982499048707_606371133_n

  • Je me contente du strist nécessaire, exit les 10 000 crèmes pour le visage et le corps.
    Je me suis également débarassé de mon maquillage pour me tourner vers du maquillage vegan. J’ai quand même conservé deux makeup que j’aime beaucoup et qui ne sont pas craspouet (Avène).

15970226_677982405715383_360637122_n

  • J’utilise un oriculi à la place de coton-tiges (c’est un cure-oreilles écologique en bambou).
  • J’utilise des lingettes démaquillantes lavables, idem pour les lingettes de Bouddha.
    J’utilise une coupe menstruelle.
  • J’ai utilisé des couches lavables pour Bouddha pendant deux ans. Vu le gabarit elles ne lui vont plus, je suis donc reparti sur des jetables en faisant confiance à Naty qui est une marque clean sans produits craspouet. Et sachant que j’utilise qu’une couche par nuit, un paquet dure plus de trois semaines.

Cuisine:

  • J’ai (et les monstro’plantes) considérablement réduit ma consommation de sopalin. J’ai fais un stock d’essuie-tout lavable et nous sommes passés de 8 rouleaux de jetables à 3 par mois.

essuie_tout_lavable

  • J’essaye d’acheter autant que je peux en vrac (tout en préservant mon budget) et j’utilise maintenant des bocaux en verre. Je commence d’ailleurs à être un poil encombré et il devient urgent de trouver une étagère pouvant contenir tout mon petit monde.
  • J’ai arrêté les POA (produits d’origines animales). Les monstro’plantes en consomment toujours mais ont considérablement réduit leur consommation. D’un repas à base de viande chaque jour ils sont passés à 3/4 fois par semaine, parfois moins. De 36 bouteilles de lait de vache par mois (6 packs) nous sommes à 12 bouteilles (2 packs).
    Bouddha, le doux rêveur et moi buvons du lait de soja.
  • Depuis hier j’utilise un sac à pain pour aller acheter mon pain chez le boulanger.
    Parole de mon boulanger « si tout le monde pouvait faire comme vous ». Mon boulanger il est juste extra ! Il me donne même la compo’ de ce que j’achète car il sait que je suis vegan ^__^

sac_a_pain_couture

  • J’essaye autant que possible de cuisiner et pâtisser moi-même en évitant les produits tout prêt et sur-emballés (il y a encore pas mal de travail surtout concernant les goûters des monstro’plantes).
  • J’utilise des produits d’entretien vegan. Mon objectif serait de tout faire moi-même mais pour le moment j’ai choisi la facilité.
  • J’adapte ma casserole à la taille de mon bruleur pour éviter d’utiliser du gaz inutilement.
  • Je sors mes produits congelés bien avant pour éviter d’utiliser le mode décongélation de mon four.

Au quotidien:

  • Je confectionne autant que possible mes fringues et ceux du Bouddha. Les ados ne veulent pas, c’est has been.
  • Si je dois acheter des vêtements je privilégie la seconde main.
  • J’ai réglé mon thermostat pour qu’à partir de 22h il passe en mode nuit et chauffe la casa à 15° pour se réenclenché à 8h en mode jour.
  • J’ai apposé un autocollant « stop pub » sur ma boite aux lettres

 

Mes objectifs en 2017. 

  • Coudre des tote bag pour aller faire mes courses et des petits sacs pour le vrac (je me demande si Biocoop les accepte).
  • Fabriquer mes produits d’entretiens.
  • Me balader avec un sac sur moi pour ramasser les déchets que je vois traîner dans ma belle garrigue.
  • Ne plus utiliser d’essuie-tout jetables.
  • Préparer le goûter des monstro’plantes et ainsi ne plus acheter de gâteaux industriels.

 

Il est 14h30, le Bouddha est en pleine forme donc le calme tu vois c’est pas trop ça. Donc je pense en avoir oublier dans mes objectifs atteints et non atteints. Mais d’autres articles verront le jour.

Pour ce défi c’est pas moins de 100 blogueuses qui participent. Tu peux retrouver les différents articles sur le groupe Facebook Défi green blog: les blogueurs s’engagent

Et parce que certaines marques sont partenaires de ce défi voici des codes promos qui vous veulent du bien.

sans-bpa.com
Code : défi-green-blog
Avantage : -10% sur tout le site

biodidoo
Code : GREEN
Avantage : -10% sur tout le site

Slow-cosmetique
Code : SLOWDEFI
Avantage : -10 %

Dans Ma Culotte
Code : Green
Avantage : -10% pour tous

Et toi, quel éco geste as-tu adopté ?

15873266_10154915199056170_6748198542747670085_n

 

Mon papa à moi

Je ne te parle pas souvent de mon papa, que ça soit mes posts facebook, dans mes articles ou même sur mes photos. Pourtant, mon papa à moi est exceptionnel. Tellement exceptionnel que j’ai mis 1000 km entre lui et moi. Je ne voulais pas que son exceptionnelle façon de penser se répercute sur mes monstro’plantes. Ils sont déjà bien assez exceptionnellement relou comme ça (ça fait beaucoup d’exceptionnel tout ça).

Ce qui va suivre risque d’en faire baver de jalousie plus d’une, donc que ce soit clair comme de l’eau-de-vie de poire, je ne prête pas mon papa à moi.

C’est dit !

Il y a quelques jours (dimanche 23 pour être exacte) j’ai posté sur Facebook une magnifique photo de moi étant ado. Superbe photo au passage, étant vêtue d’un petit haut qui dévoile à peine le ventre et un petit short valorisant mes cuissots (dodus à l’époque). Sur cette photo se trouvait une gazinière, qui je dois l’admettre, nous a fait manger mes frangines et moi. Mais le but de cette photo était avant tout de se moquer (gentiment) de moi-même et ma tenue digne d’un défilé de la fashion week.  Et aussi un peu de la gazinière qui se trouvait en arrière-plan sur la terrasse.

Cette photo, la voici.

14633171_638000486380242_8533179776662621763_o

Mon papa à moi n’étant pas dans mes amis Facebook il lui était impossible de voir cette photo. Et pourtant !

Mon papa à moi est venu me parler sur Facebook pour la première fois ce mercredi à 8h41. J’étais à deux doigts de verser ma petite larme tellement j’étais émotionné du coeur. Plus je lisais son message plus mon émotionnement se transformait en incompréhension.  « te dis pas bonjour-tu te trouves assez intelligente-attention à tes propos sur la gazinière-elle t’a fait manger chaud. Mais, mais, papa à moi, je ne comprend pas ? Pourquoi pas de bonjour ? Pourquoi tu me flic alors que depuis 4 ans tu as rayé l’une de tes filles de ta vie ? Non, mon papa à moi, je n’ai pas encore bu mon café, ne me fait pas ça ! (ouais j’suis pas trop du matin).

Bon après avoir bu mon café j’me suis dis que quand même il a pris le temps de m’écrire, la moindre des choses est de répondre et ensuite passer à autre chose (il était l’heure de ma séance d’épilation de la moustache en plus). Vite je lui envoie une petite réponse gentille avec un bonjour, lui expliquant que sa vie est triste pour déverser tant de haine mais que malheureusement je n’arrivais pas à être triste pour lui. Fin !

On pourrait penser que l’histoire s’arrêterait là, on serait tous heureux et vivrait jusqu’à la fin des temps.

Mais mon papa à moi il n’est pas comme ça, non.

9h22 (du même jour si tu suis bien): mon papa à moi m’explique qu’il vit très bien financièrement contrairement à moi (ouf, me voilà rassuré, 4 ans que je m’inquiète pour toi), que je n’ai plus toute ma tête (tu m’étonnes avec un papa gentil comme toi) blabla oublie nous blablabla tu peux changer ton numéro blabla.

10h56: je fous la merde blabla (je te rappelle quand même que j’ai aucun contact depuis 4 ans sauf pour les obsèques de mon papy), je suis jalouse, ça me monte à la tête, bablabla, je vais venir, tu auras la honte, blabla, oublie nous une bonne fois pour toutes. Ben oui mon papa à moi, c’est ce que je fais merveilleusement bien depuis 4 ans.

12h03: me fout dans la tronche que ses filles sont toutes de lui (bouhhh mon papa à moi qui sur le coup est plus trop à moi)

12h10: me fait une révélation qui ébranle tout mon être. une photo circule sur le net, Bouddha n’est pas de monsieur papa (plus méchant tu meurs). C’est sûr que ne connaissant pas ton petit-fils tu ne peux pas t’en rendre compte, mais Bouddha étant le portrait du pilou (tu te souviens de Pilou ?) et Pilou étant le portrait de monsieur papa…tu vois où je veux en venir ? Donc ça jase, beaucoup de personnes sont au courant (et on me dis rien à moi bordel ? Merde tout fout l’camp ma p’tite dame). Blabla fous nous la paix pour l’éternité (si tu savais comme j’aimerais mon papa à moi mais c’est difficile avec cette avalanche de messages dégoulinant d’amour).

22h33: tenues, comportement devant l’école, traînée, ma vie est ratée (ça c’est le côté gentil) (ouais, il parle bien mon papa à moi). Même qu’il me propose de m’offrir de la….viande ^__^ je me détruis, eux vont au resto (je crois qu’il parle de la friterie de la place du village), change de voiture, j’ai des antécédents, me menace de me faire retirer mes enfants, je hais tout le monde (non, ne te sauve pas mon bisounours), se vante de toucher bientôt 30 000€ d’assurance vie (ohhh honte à toi mon papa à moi), et pour finir me demande de ne pas l’insulter sinon…

22h44: (mais putain lâche moiiii) sous-entend qu’il va raconter à ma mamy que je suis devenu une moins que rien.

22h47: me demande de ne pas l’appeler. Se marre, me dit adieu et détruit mon numéro (ben il était temps quand même).

Voilà, c’est lui mon papa. Je n’ai pas répondu à ce déversement de haine et de méchancetés mais j’avais besoin de coucher des mots sur mon mal-être. Oui, un mal-être car même si je connais le personnage ça fait toujours mal de lire tant de discours haineux. Et encore plus quand ça touche à mes enfants.

Mon papa à moi, je ne rentrerai pas dans ce cercle du « je te réponds, tu me réponds, je te réponds ». Ca fait 4 ans que je fais ma vie sans toi, 4 ans que je ne t’entends plus déverser ta haine sur « ces putains de bougnoules »et sur « les tarlouzes ». 4 ans que je REVIS.

Comme tu me l’as si bien dit à mon répondeur l’année dernière, je ne viendrais pas à ton enterrement. Je pleure les morts que j’aime. Je ne peux pas pleurer un mort qui a battu sa fille pendant 17 ans, je ne peux pas verser de larmes sur un homme qui n’a jamais aimé son petit fils (4 ans à l’époque) car c’est un bâtard. Ce « bâtard » m’a sauvé la vie. C’est grâce à lui que je me suis accroché à la vie quand j’ai dû revenir chez vous, moi jeune future maman de 19 ans mise à la rue car j’ai choisi mon bébé à « mon couple ».

Adieu papa qui n’est plus à moi.

 

Rituel du soir

Quand tu fais un article tu passes du temps dessus, tu tournes bien tes phrases pour pas « qu’elle veut trop pas rien dire », tu fais de jolies photos, peut-être même que tu les retouches.

Puis tu as des articles où les grandes phrases contenant 18674 mots sont inutiles car les photos parlent d’elles-mêmes. C’est le cas de cet article.

Une sortie ce soir au parc, sortie devenue rituelle. Une sortie avec eux. Eux qui me font tourner en bourrique, me font devenir chèvre, eux qui savent si bien me prendre par les sentiments quand le besoin se fait sentir. Eux, sans qui ma vie serait vide de sens. ❤

20160907_194337

20160907_195114

Notre petite balade au parc s’est terminée par un concours de gymnastique. Bouddha nous a gratifié d’un enchaînement magnifique de roulade avant.  Oui, c’est le même Bouddha qui afficher 40.3 de température avant-hier.

20160907_19582220160907_195650

Les ados ont mesurés leur force au poirier. Le Pilou l’emporte haut la main (quel crâneur c’lui là).

20160907_200111

On a enchaîné sur un concours d’équilibre qui fut suivi d’un fou rire face à la grâce de l’adolechieur ^__^

 

20160907_1957120

Même le doux rêveur a fait mieux !

20160907_195732

On peut dire que le Pilou et moi sommes ex aequo.

20160907_195657

20160907_195352

C’était une chouette soirée ! La prochaine fois on tente le cache-cache.

20160907_195758

20160907_195416

 

Sorry pour la qualité pas très jolie didon des photos, because mon portable avait plus de batterie. Elles ont donc été faites sans flash.

Un verre d’eau, un café et une facture svp

Il me couvait depuis des semaines, je le sentais s’installé sournoisement et je ne pouvais rien y faire (ou je ne voulais rien voir). Faire l’autruche c’est bien, mais à long terme ça te retombe forcément sur le coin de la tronche.

Burn out maternel bonjour.

J’ai eu le déclic avec un simple verre d’eau. Il était là, sur la table. Un verre d’eau quasiment vide, constellé de gouttelettes. J’avais pourtant demandé de débarrassé chacun de leur emplacement après le repas. J’ai soufflé et je l’ai posé dans l’évier. Un peu trop fort certainement puisqu’il a explosé. J’ai soufflé de nouveau, les larmes ont surgit sans que je puisse leur dire de resté à leur place. J’ai ramassé les débris de verre, nettoyé les vestiges du repas sur la table de la cuisine et fait la vaisselle.

C’était juste un verre d’eau. Pas de quoi fouetter un chat. Pleurer pour si peu, franchement !

Une montagne de repassage m’attendait mais il pouvait bien patienté encore quelques minutes après la matinée difficile que je venais de passé. Aller à la mairie pour quelques photocopies et revenir avec une nouvelle qui te donne envie de t’allongé sur des rails de chemins de fer. Et tu sais que quand tu t’effondres devant les secrétaires c’est qu’en général ça n’augure rien de bon. Je suis très pudique des larmes mais là je n’ai pas su me contenir. Cette nouvelle facture viendra tenir compagnie aux autres en attendant de trouvé une solution, en attendant que mon dossier caf soit traité depuis 3 mois que j’attends.

J’ai donc pris le temps de me faire un café après le nettoyage du verre, l’ai posé sur la table de cuisine et j’ai passé le balai dans le salon et le couloir. Habituellement je ne ramasse pas mes poussières de suites car une autre tâche m’attends, mais là va savoir pourquoi, j’ai tout ramassé. Il aura suffit de quelques minutes pour que Bouddha fasse un placage en bonne et dut forme à ma tasse de café et la voilà renversé.

J’ai regardé, le sol, Bouddha, puis le sol. Et elles ont de nouveau surgit ces connasses de larmes. J’ai laissé coulé, de toute façon je devais nettoyé le sol. J’ai posé la tasse dans l’évier, de nouveau trop fort puisqu’elle aussi a explosé, j’ai nettoyé le carrelage. Mes larmes se mélaient au café, c’était rigolo la fusion de ces deux liquides.

Dans la pièce d’à côté j’entendais Bouddha hurlait car l’ado essayait de le mettre au lit et l’ado n’arrivait pas à avoir le dessus car Bouddha se débattait de toute la force de ses bourrelets.  Je suis arrivée dans la chambre, en colère après l’ado.C’est vrai quoi, je lui avais rien demandé ! Tiens, prend toi une tape derrière la tête, ça t’apprendras à vouloir m’aider !

M’aider. C’est le mot.

Il voulait juste m’aider, merde. Et moi, la maman qui essaye d’être bienveillante, la maman qui aime ses enfants à en crevé, qui ne vit que pour eux, en guise de remerciement je lui colle une claque derrière le crâne.  Je me suis trouvé con. Non, même pas. CONNE est le mot. Pitoyable même ! Je ne savais pas comment réagir. Mon coeur brisé de maman m’hurlait de lui courir après pour m’excusé et ma connasse de fierté me disait « bouge pas, il s’en remettra ».

Je n’ai pas bouger.

JE N’AI PAS BOUGER !

Je me suis assise dans ma chambre et j’ai pleuré, pleuré, pleuré à m’en desséché les yeux. Pitoyable. Je me sentais pitoyable et pathétique.

J’ai repris le dessus une demi-heure après et je suis descendu retrouvé l’ado au bord de la rivière. Je me suis assise à côté de lui dans l’idée de m’excusé mais les mots sont restés bloqués. Il m’aura fallu presque 5 minutes pour les expulsés. Les mots sortis je suis remontés sans attendre. Je me sentais honteuse, indigne de porter le nom de « maman »

Et j’ai réfléchis.

Ce comportement ne me ressemble pas. Cet accès de tristesses, de larmes et de cris ne me ressemble pas. Et que dire de ce manque de motivation, de faire tout ces gestes du quotidien comme une marionnette dont mon guide me ferait avancé. Que penser de ce manque d’appétit de plus en plus fréquent, de ces sauts de repas de plus en plus rapproché. Se forcer à répondre à des câlins enfantins alors que j’ai juste envie de me mettre sous mes couvertures et pleuré.

Je suis en train de sombré et dans ma chute j’entraîne mes enfants. Ils voient que maman va mal, ils me voient pleuré alors que je m’efforce de me caché, ils voient que maman ne mange pas toujours avec eux (pas faim, pas le temps…).

Et monsieur papa ? Monsieur papa ne voit rien car monsieur papa va mal, il est le seul à aller mal. Monsieur papa m’a dit que j’étais plus heureuse que lui.

Soit !

Alors je me tais.

Et je continue à lui cherché un logement pour qu’il puisse enfin accueuillir ses enfants. Et je continue de lui faire ses courriers pour les organismes. Et je continue la gestion de la maison, des enfants, le ménage, tenté péniblement de payé les factures avec de l’argent que je n’ai pas, courir à des RDV, en voiture quand j’ai de la chance, sinon à pieds, me battre pour que mes enfants aient assez à mangé dans leur assiette.

Pendant que lui va juste travailler.

Mais je me tais, je suis plus heureuse que lui.

Là, maintenant, j’ai qu’une envie. Me choper un billet de train et partir à 1000 km d’ici avec juste un bagage et sans enfants sous le bras. Et me blottir dans les bras de ma petite soeur ❤

A défaut de ça, je ravale mes larmes et mes envies, je continue à faire bonne figure. Jusqu’à ce soir dans mon lit.

 

Essuie-tout lavable et réutilisable

De l’essuie-tout lavable et réutilisable, en voilà une idée qu’elle est bonne !

Ca fait quelques semaines que j’avais ce projet en tête. Je lui ai donné naissance hier après-midi sans cris et sans douleur. Je tiens d’ailleurs à remercier ma mac qui a ronronné durant 2h, Bouddha qui a siesté pour que je puisse mener mon projet à bien, la belle Sharon des Within Temptation et SOAD qui m’ont accompagnés musicalement. Sans eux j’aurais certainement la marque des carrés d’essuie-tout collée sur la tronche. Avant de te lancé dans un tel projet sache que c’est monotone, long (compte deux heures) et trèèèès monotone ! Coudre des lignes droites, encore, encore et encore. Dans mon cas 136 lignes de 25 cm, soit 3400 cm (je te laisse convertir en mètres, j’suis une feignasse).

Reviens !

Ne prend pas la fuite, ça vaut le coup !

J’ai fais 17 carrés en éponge et 17 en coton de 25 cm sur 25 cm.

Ne me demande pas si 17 correspond à quelque chose, une période de ma vie, un traumatisme, un nombre porte-bonheur. J’ai juste fais des carrés jusqu’à épuisement de mon stock d’éponge. Tu peux donc sortir de ma tête.

Ne te casse pas la tête à acheter de l’éponge spécialement pour ton projet. Si tu as de vieilles serviettes de bain elles feront parfaitement l’affaire. Pour la face coton j’ai utilisé une housse de couette pour nourrisson. Elle était faite pour ça, j’ai eu pile assez.

Pour ce qui est du tuto ne te creuse pas la tête, c’est exactement le même principe que les lingettes lavables (clic ici). La seule différence c’est que tu peux mettre des pressions à chaque extrémités de tes carrés pour les attachés ensembles…ou pas d’ailleurs. Rien d’obligatoire. Tu peux tout aussi bien les empilés dans une boîte.  Je te conseille également de faire une surpiqûre sur le tour de tes carrés pour une meilleure tenue.

fc266f8919d9c1e2e0087bb8dc329610

Et voilà un rouleau d’essuie tout pratique, économique et bon pour notre belle bleue. Il faut savoir qu’à la maison c’est environ 8 rouleaux par mois. C’était juste plus possible ! Je ne compte pas ne plus en acheter car c’est tout de même bien pratique, ne serait-ce que pour absorber le gras des frites, churros, pancakes etc… mais mon objectif serait de passé pour le moment à 2 rouleaux par mois. Et pourquoi pas diminuer, voir ne plus en acheté si j’arrive à trouvé une alternative à l’utilisation que j’en fais.

Lavage de l’essuie-tout: à 60° en machine. Je dirais même que ça passe à 90° si vraiment cracra. Je lave les lingettes du Bouddha à 90° une fois par mois, pourquoi pas les essuies-tout.

C’est adopté chez toi, tu y songes ou pas ?

Tu peux me dire tout, je ne juges personne qui n’adopte pas le même mode de vie que moi. 

Dame nature, tu fais chier

Et le mot est faible ! Sérieusement, t’es tombée sur la tête ?

Il y a trois jours on était à moitié à oilpé, on laissait tombé les chaussettes et les shoes pour batifolé dans l’herbe, Bouddha a même eu l’audace de sortir sans slaîp sous le sarouel. Le ouf !

Il y a trois jours c’était pique-nique au bord de la rivière, le Bouddha en mode chasseur à l’affût d’un goûter à volé à un petitou sans défense.

20160505_152651

Et depuis deux jours, c’est CA ! Deux jours de flotte non-stop. Les rivières gonflent, il caille sa race, mes dents s’entrechoquent, j’peux même jouer Love Yourself de Justin Beurkber sans ouvrir la bouche.

20160509_142121

Il fais froid, si froid que j’suis obligé de chauffé l’appart’ à la bougie pour cause de chaudière éteinte. Les gars, oh, réenclenché moi cette fucking chaudière ! Ma morve se change en stalactite.

20160509_142243.jpg

Dame nature, pour rappel je vis dans l’Hérault. L’HERAULT  ! Ca te parle ?

On est classé deuxième dans les régions les plus chaudes en 2015. Le Nord Pas de Calais est classé vingt-deuxième.

(mouahhh. Pardon).

Tu dois te demander pourquoi j’évoque le Nord ? Pour CA !

13173735_242179079480626_9128718612887593229_n

Il y a pas comme un soucis ? Et pas qu’un petit hein si tu vois c’que j’veux dire. La frangine et ses loupiots sont dehors à jouer au sable sous le soleil. DU SOLEIL !! MON SOLEIL !!!!  Ils ont même pas l’ombre d’un pull sur eux, même que Léo a enlevé ses pompes. A moins que ça soit Malo. Avec cette casquette qu’il est censé ne pas avoir car ils sont supposés ne pas avoir de soleil, je ne vois pas sa frimousse.  Petit coeur qui est tellement pas habitué à  ça.

Je te rappelle qu’ils vivent dans le Nord. Tu sais, le Nord, là où il pleut 395 jours par an, où une percée de soleil se produit tout les 20 ans, 15 avec un peu de chance (j’exagère à peine, j’y ai vécu 25 ans, je sais de quoi je parle).

13140933_242194006145800_52471805_n

Sérieux, assez déconné dame nature. Ok, tu leur a filé quelques jours de soleil, c’est tout à ton honneur. Je peux comprendre, ils en ont un peu plus besoin que moi, mais là j’pense qu’ils ont fait le plein pour les 10 prochaines années. Ils s’en fichent eux de pas avoir de chaleur, ils ont tellement l’habitude que 10 ans de flottes c’est rien pour eux.

Alors déconne pas, rend moi mon soleil ! Je dépéris à vue d’oeil. 

Et demain ?

Tu pars au parc sans te retourné, sans savoir si je te suis. Je t’appelle, tu ne te retournes pas. Tu traces ta route sans te soucié de savoir si je suis là. Tu fais ta petite vie insouciante, en toute innocence.

Et demain, ça sera quoi ?

Tu descends les escaliers seul. Si je fais mine de t’aider une nuée de moustiques atteints du paludisme s’abattra sur moi. Je fais 1000 arrêts cardiaque pour descendre la vingtaine de marches,  tandis que tu sautes à pieds joints en t’esclaffant comme une hyène.

Et demain, ça sera quoi ?

Lorsqu’on est dehors, peu importe que tu connais ou pas, dés que tu vois quelqu’un tu dis « bonjour, ça va ? » Tu dis « assi,  à rien » (merci, de rien) quand je te donne quelque chose. Si tu obtiens un refus de ma part tu viens me collé un bisous, prend ma main et m’emmène vers l’objet de la convoitise. Si je te dis non une fois de plus, une nuée de moustiques atteints du paludisme s’abattra sur moi et tu invoqueras les pires démons pour que mon corps se couvre de furoncles et de pustules. Mais cette politesse ne t’empêche pas de claqué quelques « oh putain » quand tu t’extasies sur quelque chose.

Et demain, ça sera quoi ?

Tu demandes le pot pour chaque pipi. Ton caca est devenu ton meilleur pote. Tu peux passé 30 minutes sur ton pot et le vidé à chaque caca déposé. Je suis obligé de resté avec toi car tu tires la chasse 3 à 4 fois puisque tu fais ta petite affaire en plusieurs partie. Je songe d’ailleurs installer mon atelier couture dans la salle de bain.

Et demain, ça sera quoi ?

Tu te sociabilises de plus en plus et joue avec les petitous sans aucun soucis. Tu hésites pas à prêter tes jouets, à coller des bisous aux petites filles et petits garçons, même si tu ne connais pas. Tu tapes discute avec des adultes sans te soucié de savoir si tu déranges ou pas. Tu louches sur le goûter des autres enfants et leur chipe sans aucun scrupules. Si je tente de t’en empêcher, une nuée de moustiques atteints du paludisme s’abattra sur moi, tu invoqueras les pires démons pour que mon corps se couvre de furoncles et de pustules et tu jetteras un sort sur la famille pour les 200 prochaines années de façon à ce que chaque nouveau né ne fasse pas ses nuits avant 15 ans et quitte le domicile à 50 ans pour revenir à 55.

Et demain, ça sera quoi ?

20160505_152955

24 mois, soit 104 semaines, soit 730 jours,  soit 17520 heures.

Bref

Tu as deux ans aujourd’hui et encore tellement de chose à découvrir. Joyeux anniversaire mon trésor ❤

Je ferais tout ce que je peux pour t’accompagner dans ta soif de découverte. Je serais là pour te réconforter quand tu auras mal ou sera triste. Je serais là pour t’enseigner ces petites choses qui feront de toi quelqu’un de respectueux et emphatique. Je serais là où que tu sois (mais pas trop loin, déconne pas).

Je t’aime infiniment mon mignon Bouddha. N’en doute jamais ! ❤