Une montagnarde à Paris et au efluent 4 {part 1}

Il y a une semaine j’y étais.  Mais ou ? Ben au efluent tiens ! Et c’était cool, même chouette…Mais pas transcendant.

Quand je lisais les articles des blogueuses je m’attendais à rentré au spot avec des Wahou, Anhhhh, CanooOon, je m’attendais à ce que mes yeux deviennent aveugles à force d’en prendre pleins la vue.  Bah non en fait. Oui, c’était joli, bien présenté, les stands bien agencés, l’accueil très chouette mais il manquait quelque chose. Ce petit truc qui me filerait la chair d’ampoule, ce petit machin qui me donnerait envie de ne plus rentré chez moi. Ah mais ouiii, ils étaient pas là ! On nous avait annoncer la venue de célébrités, et pas de Jared, ni de Kit et encore moins de Collin Farrell. Öh déception ! Bref, je m’arrête pas à ce petit détail (sûrement un oubli de Leslie). Mais quand même, Damien Saez est plus accessible et même pas il était là, alors que sa plus grande groupie n’attendait que lui ! Damien, le message est passé pour l’année prochaine.

Donc reprenons depuis le début.

Vendredi 27 novembre, 3h30 le réveil sonne. Ca piiiique ! J’arrive même pas à boire mon café, pour dire. Je me prépare le regard éteint et collant de caca d’oeil. 4h07 départ en voiture pour la gare de Montpellier qui se trouve à 1 heure de route. Je dois y retrouver deux blogueuses. Au fil des km l’excitation et un poids d’un quintal au bidon commence à se faire sentir. Arriver à la gare, bisous bisous casse-croûte et me voilà lâché dans la gare avec mes peurs, mon excitation, une envie de pipi  et un reste de caca d’oeil.  5h15 je monte dans le train. Je ne vois pas les blogueuses alors qu’on est censé être dans le même wagon. Les km défilent et mon envie de pipi se fait plus pressente.  Au diable la morue voisine de siège qui écoute Vivaldi avec une tronche à faire pâlir d’envie un croque-mort. Je lui décerne mon plus beau sourire et m’excuse en passant.  Il devait resté un morceau de bouffe de la veille entre mes dents parce qu’elle a eu un air dégoûté et s’est levé la bouche pincée.  Bref ça n’entache pas ma bonne humeur et 30 minutes après je la dérange pour un café, toujours avec un sourire (j’ai vérifié au toilette avant si mes dents étaient clean).

Les km continuent de défilé et là driiiing (c’est mon portable qui sonne mais qui sonne pas vraiment car il est en silencieux) (je ne voudrais pas perdre l’amitié de ma nouvelle meilleure amie, ma voisine de siège). Mais qui est ce driiiiing ? Une des blogueuses qui m’apprend qu’elles ont loupées leur train. Pour toi c’est peut-être pas grand chose, mais moi pauvre petite chose esseulée, lâchée en pleine gare de Lyon, c’est le DRA-ME.

J’arrive donc gare de Lyon en pensant prendre un taxi, sauf que boulet que je suis j’ai pas trouvé. Je me suis donc finalement posé dans un starbucks après m’être fait insulté de salope par un SDF a qui j’ai eu l’affreuse audace de donner QUE 3€.

12351264_505327066314252_1897852609_n

Le temps de boire mon café et voilà qu’arrive les deux blogueuses (elles ont pris le train suivant). On se tape la bise et on file avec Uber direction l’hôtel. Je fais style dans la voiture mais j’en mène pas large, je me liquéfie sur place, je frôle le pipi culotte mais me retiens in extremis. Je ne voulais pas laissé un souvenir peu ragoûtant au chauffeur.  Il faut dire que si je flippe ainsi c’est parce que j’allais rencontré celle avec qui je parle depuis deux ans. Celle qui est devenu bien plus qu’une copine du net, celle à qui j’envoie des textos en lui écrivant que je fais caca. Celle qui ne me juge pas (enfin, je crois ^__^). Elle, c’est La Mère Tatouée.

Et finalement une rencontre les doigts dans l’nez. C’est comme si on s’était vu la veille, comme si on se connaissait depuis une décennie.

Sans titre-1

On a donc déposé nos valises à l’hôtel et go au spot.  Et au détour d’une rue, TA-DAM, le carreau du temple est apparu !

12325019_549330675219872_24002795_n

Merci à Bambins, beauté et futilités qui m’a fourni sa photo de l’entrée du spot. 

La suite demain… ou ce soir si j’suis pas trop fatiguée.

Oh ça va, arrête de râler sinon la suite en 2016 ! Là j’peux pas, j’ai rencard avec la CB de casse-croûte.

Advertisements

4 commentaires sur « Une montagnarde à Paris et au efluent 4 {part 1} »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s