Calendrier de l’Avent Made with Love

Novembre est pratiquement fini, il est temps de s’affoler pour le calendrier de l’avent de mon 10Zan. Oui, parce que cette année c’est du Made with love. Une grande première, moi qui suit une adepte des calendriers bourré de chocolat qui dure 3 jours à tout cassé.

J’ai fouinée sur le net à la recherche de quelques idées, j’ai farfouillée dans ma eboutique créative préféré pour voir ce qui pourrait plaire à mon 10Zan sans que ce soit trop difficile. Genre calendrier en bois à peindre c’est pas pour nous, ou encore les célèbres calendriers à partir de rouleaux de PQ, j’aime vraiment pas.

Donc aujourd’hui nous avons terminer le calendrier commencer il y a quelques semaines.

calendrier1

Mon 10Zan aura le plaisir durant 24 jours de découvrir des petites attentions et surprises.

J’ai déjà quelques idées pour remplir ces 24 petites boîtes.

*Des petits chocolats genre friture, praliné, schokobons…

*Une pièce de monnaie. 

*Un message d’amour de son papa et sa maman. 

*Une place de ciné.

*Des bons sous forme d’énigme pour les cadeaux qui ne rentrent pas dans les boîtes.

*Des sucettes. 

*Un dessin de son petit frère

*Des bons pour choisir le repas du jour (marche aussi pour choisir le film du soir, choisir une activité familiale…)

 

ccalendrier3

J’ai eu pratiquement tout le nécessaire chez Buttinette. Les boîtes, le masking tape, les numéros, les sapins, étoiles et flocons de neiges. Pour les rubans, ils viennent de chez Lidl. Chaque année l’enseigne propose des lots de trois rouleaux à pas cher.  J’ai ensuite imprimé des fonds d’écran pour recouvrir intégralement ou partiellement quelques boîtes. Tu peux également utilisé du papiers cadeaux si il te reste des morceaux de l’année précédente.

Une fois les boîtes parées de leur plus beaux atouts j’ai mis une bande de scotch double face au dos de celles ci et j’ai réalisé un sapin. Tu peux aussi utilisé de la pâte à fixe.

Quand mon 10Zan est rentré de son championnat d’échec il avait des étoiles dans les yeux (je l’avais collé durant son absence). On a passé deux après-midi dessus, il était heureux de passé du temps avec sa maman car c’est assez rare depuis l’arrivée du Bouddha, et ça, ça n’a pas de prix ❤

calendrier2

Et toi, calendrier home made ou tout prêt ? 

Si toi aussi tu veux participer au défi de L’esprit vient en jouant hésite pas ! Plus d’info sur son blog.

Ris et vis

Un vendredi 13 novembre 2015. J’ouvre un oeil, puis l’autre. Premier geste comme chaque matin, prendre mon portable et regarder l’heure.

7 h.

Tiens, un message de ma tatouée. Message envoyé à 23 h passé. Etrange.  Je le lirai après ma première gorgée de café.

Je prépare mon café, roule ma cigarette et file dehors m’enfiler les précieux tout en lisant et répondant à M.

12242154_500023370177955_1700744875_n

Elle me fait forcément marcher, on attend ce moment, cette rencontre, depuis des mois ! Les efluent bordel ! C’est sûr, elle me fait marcher !

Je rentre au chaud, me blottis dans le canapé en finissant mon café, allume la TV et…

Elle ne me faisait pas marcher. Une déferlante d’images violentes  et des mots que j’aimerai ne pas entendre se déversent et s’impriment dans mon cerveau. Je vois l’horreur de la nuit tandis que je dormais sans me douter une seule seconde de ce qui se passait à quelques centaines de km de chez moi.

Et là, je l’entend, cette petite voix mélodieuse. Mammaaann….maaamman ! Je ravale mes larmes, reste stoïque pour ne pas lui montrer ma peine. Je veux le préserver de toute cette horreur, lui mon tout petit de 18 mois, mon si petit et si doux innocent.  On fait le biberon ensemble, on file se lover dans le canapé, la chaîne d’info tourne encore, je m’empresse de zapper. Il regarde les « cocos », je le contemple et lutte pour retenir ces larmes de chagrin, de colère, d’impuissance et d’incompréhension.

Sans m’en rendre compte, mes pensées s’évadent vers l’année qui vient de s’écouler. Une putain d’année douloureuse pour tellement de monde. Je me surprend à rêver d’un monde sans haine, sans racisme, sans maladies, ou chaque journaliste pourrait écrire ce qu’il souhaite au nom de la liberté d’expression, sans peur des représailles, ou les Guillaume, Asta, Marie, Mathias, Matthieu, Lola, Elodie, Aurélie, et tant d’autres pourraient boire un verre, écoutaient un concert tout en étant sûr de rentrer chez eux, où les Léa, les Aria et tous les autres découvriraient l’amour et auraient un jour des enfants, où être chauve serait un choix et non un fucking cancer.

Une petite main se pose sur ma cuisse, fin du rêve,  retour à la réalité.  Je le regarde et lui fais la promesse de le protéger ses frères et lui. De tout faire pour les préserver de ce monde que je ne comprend plus.  Oui les méchants existent mon Bouddha, mais il y a aussi tellement de merveilleuses choses sur terre, tellement de beautés à découvrir.  Ta vie est belle aujourd’hui, elle le sera demain et les jours suivants. Je t’en fais la promesse. Et quand le chemin sera parsemé d’embûches, nous serons là pour t’aider à avancer.

Ta vie ne fait que commencer ❤

Fait moi crier, hurler, inonde moi de bêtises, de tes rires cristallins. Continuons de jouer à cache-cache autour de ton lit, éclate toi avec tes petits prouts qui te font hurler de rire.

Vis pour moi, pour ton papa et tes frères, vis pour toi. Ris et vis mon Bouddha, la vie est belle ❤

4

 

Brève de Bouddha.

Mettre une machine en route.

Jeter un oeil au Bouddha et le voir jouer sagement dans sa chambre.

Partir confiante dans la cuisine pour mettre un café  en chauffe.

Répondre à un coup de fil en faisant pipi (le temps que le café chauffe) (oui, mon portable me suit au WC) (non, je candy crush pas).

Retourner dans la cuisine boire son café.

Avancer à pas de loups pour regarder Bouddha.

….

Ne plus le voir dans sa chambre et se rendre compte d’un coup que ce silence est suspect.

Partir à sa recherche en se demandant quelle bêtise il s’apprête à commettre (ou a déjà commis).

Commencer à paniquer (un peu) en aillant fait chaque pièce de l’appart’ sans l’avoir trouvé.

Paniquer (beaucoup) en se rendant compte qu’il est ni dans la machine à laver, ni sous la table de la cuisine, ni dans le bac à linge sale.

Se gratter les poulpes en examinant la plus petite cachette et se dire que ce morveux perd rien pour attendre.

Traverser le couloir en s’efforçant de garder son calme, lutter pour contenir ses larmes et entendre un bruit suspect dans le garde-manger.

Ouvrir la porte en forçant car quelque chose bloque l’ouverture.

Le voir, assis contre la porte, le paquet de biscuit au chocolat par terre en miette, la bouche pleine.

Il ouvre la bouche, me montre ses bêtises et me dit ce mot entendu 27358 fois par jour « garrrr ».

Ravaler ses larmes et fondre d’amour ❤

bc