Le tampax

Hier, après avoir lu l’article Le toboggan de Femme Sweet Femme, un souvenir a surgi dans ma tête. Le genre de souvenir que tu t’efforces d’oublier, le genre de souvenir dont tu ne parles à personne parce que c’est le genre de souvenir/dossier dont on parle à table entre potes, quand on est à 3 grammes.

Ce souvenir, je vais te le divulguer aujourd’hui. Cela c’est passé lorsque j’avais 17 ans. Hier quoi !

Avant de te raconter cette histoire il faut que tu saches que j’ai été réglé assez tard. J’avais 16 ans. En plus ces salopes sont arrivées lorsque j’étais au collège affublé d’un short blanc immaculé. Il n’est pas resté immaculé longtemps si tu vois c’que je veux dire. D’autant plus que la génitrice a pris tout son temps pour m’apporter des protections. Et pas les petites protections invisibles hein. Non, la bonne grosse pâte à cul visible à des kilomètres à la ronde.

Si je te raconte cela c’est pour que tu te mettes dans l’ambiance de ce qui va suivre. À 17 ans, les éducateurs du foyer où j’ai été placé nous ont emmené à Aqualand, un parc aquatique situé au cap d’Adge. Le jour de la sortie ma période rouge a débarqué. J’étais en panique totale. Je me faisais une joie de m’éclater avec les copines, et voilà que j’allais en être privé tout cela parce que j’étais née avec un trou entre les cuisses. À l’instant présent j’ai détesté l’inventeur des règles ! Et là, les copines m’ont parlé de tampon. Inculte envers ce tube cotonneux {n’oublie pas que je n’ai connu que les pâtes à cul durant 1 an}, les copines m’ont expliqué à quoi cela servait. Et me voilà donc enfermé dans les toilettes à essayer de m’enfourner ce truc dans le vagin. J’avais tellement envie de m’ébattre dans l’eau que j’étais prête à m’insérer une bouteille de coca 33cl tant que le flux cesse !

choc_toxique_et_ses_victimes_2214

Après quelques déboîtements du poignet digne des plus grands contorsionnistes, j’ai finalement réussi. Mais je sentais bien que quelque chose clochait. J’avais mal, c’était désagréable, ça piquait {Satan sort de ce corps}. Mais je ne m’arrêtais pas à cela. Je crevais d’envie de dévoiler mon corps boudiné aux quelques bellâtres prépubères qui traînaient dans le parc.

Essayant de me donner une contenance, je déconnais avec les copines en déambulant parmi les différentes attractions, tout en essayant de frotter mes cuisses l’une contre l’autre pour que cesse la douleur. Et nous voilà arrivé devant un toboggan. Mais  pas n’importe lequel ! Le genre de toboggan qui te fait sentir femme, celui là même qui décidera si tu es digne de le chevaucher. Le toboggan qui donne l’impression de faire 90 degrés tellement il est raide. Arrivé en haut le surveillant a bien précisé de se mettre en position allongé, c’est même précisé avec une pancarte difficile à louper. En bonne petite adolescente, je me mets donc en position assise. Et je me laisse glisser en entendant me crier dessus. En l’occurrence il parlait à mon cul. J’ai bien cru mourir ce jour-là, et en même temps je priais le dieu des étalons sauvages pour que quelques bels étalons n’aient d’yeux que pour moi.

Il s’est avéré qu’en effet certain(e)s ont eu d’yeux que pour moi…Et mon entrejambe. Sous la pression de l’eau mon maillot de bain n’était plus à la place à laquelle il devait se trouver mais avait essayé de se faire une place entre ma pilosité bien garnie à cette époque. Ce qui est moins drôle c’est que je m’en suis aperçu bien après m’être relevé.

En esquivant quelques pas de danse, toute fière d’avoir dévalé le toboggan et dévoilant par la même occasion ma forêt amazonienne, je me suis rendu compte que je n’avais plus aucune douleur entre les cuisses. Malgré tout, la pression de l’eau avait bien fait les choses, elle avait remis mon tampax en place. Depuis ce jour, je sais qu’un tampax ne doit pas dépasser de moitié du vagin.

 

Publicités

14 commentaires sur « Le tampax »

  1. looooolllllll
    mes premières règles , c’était lors d’un voyage scolaire en Espagne. je n’avais rien prévu… c’est donc ma prof d’espagnol qui m’as acheté mes premières serviettes ….. et mes copines qui ont criés dans le car la nouvelle, on en parle ou pas ?!!! moi qui suis timide et complexée 😦

    J'aime

  2. Ah ah ah ah ! Ça me rappelle le même type d’anecdote.
    Je me rends donc dans le même parc aquatique que toi (décidément !) avec un ex. Moi c’était un truc avec 5/4 toboggans collés les uns aux autres, où il y avait toujours plein de mecs en bas. J’ai compris après pourquoi…
    Donc moi toute fière, je descends le toboggan en marche avant, tête la première, sur le ventre. Arrivée en bas, je me relève, toute rigolante et tout… jusqu’à ce que je me rends compte que mon haut de maillot de bain ne couvrait plus rien du tout. Ça faisait plusieurs minutes que je gloussais les nibards à l’air…

    Aqualand, le repère idéal pour les voyeurs, mouarf ! 🙂

    J'aime

  3. Ah lala j’en rigole. moi les miennes ont débarqué a 16ans aussi. une aprem entre pote j’ai sentis un truc bizarre j’ai prétextée une fringale pour vite rentrée chez moi avant le déluge. la 1er fois avec un tampax a était comme toi très gênant.

    J'aime

  4. Ca me rapel quelque souvenir dans ce park !! Quand tu sors a moitier a poile et que tu t’en apercois apres … mais moi mes premiers je les est eu a 9 ou 10 ans a la piscine la honte !!! En tout cas j’adore ton blogue j’adore te lire et j’adore encore quesque tu me fait rire !!!! Bisous

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s